ACMC AERO-CLUB MOISSAC-CASTEL


Aller au contenu

Menu principal:


Benoît le facteur obtient sa licence de pilote de ligne

Articles de presse

Benoît le facteur obtient sa licence de pilote de ligne

C'est en 2006 que Benoît Borgolotto entre à la Poste, à 22 ans, comme facteur intérimaire. À ce moment-là, ce Lavitois est loin d'imaginer que son destin professionnel lui permettra, dix ans plus tard, de prendre les commandes d'un avion de ligne! Passé par Beaumont-de-Lomagne, Lafrançaise puis Castelsarrasin, le jeune facteur bénéficie d'un CDI à Castelsarrasin, en 2007, puis rejoint sa Lomagne natale, à Beaumont-Lavit, en 2010, où il effectue des remplacements sur toutes les tournées. Friand de découvertes, il profite de ses congés pour visiter de lointains pays, en particulier le Japon, où il se rend à plusieurs reprises. L'invitation à entrer dans le poste de pilotage d'un avion est pour lui une révélation : Benoît effectue alors son baptême de l'air à l'Aéro-Club de Moissac-Castel, on lui confie quelques instants les commandes d'un Cessna, puis il prend sa première leçon de pilotage en 2012. Avec moins de quinze heures d'apprentissage, il effectue son premier tour de piste seul aux commandes et 1 an et 55 heures de vol plus tard, il obtient la licence qui lui permet de piloter des monomoteurs à piston dans l'espace Schengen. Tout en assurant son travail de facteur, il prépare la licence théorique de pilote de ligne. Après 14 épreuves en juin 2015, il décroche finalement son diplôme avec autorisation de vol à vue de nuit, passé à l'Aéro-Club gascon d'Auch auprès de l'instructeur Jérôme Liégeois. Dégagé de ses obligations auprès de La Poste, il entame, début 2016, une formation de pilote aux instruments sur avion bimoteur. Il vient de terminer son marathon des airs et postule maintenant auprès de l'aviation d'affaires et de brousse, tout en ayant pris contact avec de grandes compagnies comme Ryanair et Easyjet. Son succès à 32 ans, Benoît Borgolotto le doit à son obstination et à sa motivation, mais il n'oublie pas de remercier pour leur soutien moral et financier La Poste, les instructeurs qui l'ont aidé et le Fongesif Midi-Pyrénées, sans oublier sa famille et ses amis qui ont cru en lui et en sa réussite.


Article Publié le 05/08/2016 Source


Retourner au contenu | Retourner au menu